Permalink

0

DAF – TEMPS PARTAGE – QUESTIONS – REPONSES

En tant que DAF à Temps partagé, quel est votre périmètre d’actions ? 

J’interviens chez mes clients à différents niveaux suivant les besoins de l’entreprise :
Je peux accompagner une entreprise dans la gestion de sa croissance, la gestion de sa trésorerie, son optimisation de BFR, l’aider à construire un business plan, à lever des fonds … Parfois, je prépare une entreprise lorsque son dirigeant veut la céder, ou au contraire, lorsque celui-ci vient de réaliser une acquisition. Je peux assurer également des missions d’audit et de conseil dans tout ce qui concerne le domaine financier d’une entreprise.
Ma mission s’étend parfois jusqu’à l’organisation interne de l’entreprise, je peux travailler alors avec les équipes opérationnelles : l’immobilier, le juridique, les services généraux, les achats, la gestion de la paie, voire les RH.
Il m’arrive aussi d’aider au recrutement d’un DAF et de servir de relais, en l’accompagnant jusqu’à ce qu’il soit totalement « rodé ».

Quel est l’intérêt pour une PME de prendre un DAF à Temps partagé ? 

L’intérêt se situe à plusieurs niveaux. Cela permet à l’entreprise de bénéficier d’un DAF expérimenté et opérationnel pendant un temps limité et d’une façon très souple, sans s’engager dans un processus de recrutement. Le dirigeant dégage ainsi un temps précieux pour gérer d’autres aspects de sa fonction et dispose d’une aide extérieure pour avancer dans ses réflexions stratégiques et prévisionnelles.

Quelle a été votre motivation pour choisir ce mode de travail ? 

J’ai acquis tout au long de ma carrière un éventail de compétences qui m’ont amené à appréhender à peu près toutes les problématiques que peut rencontrer un chef d’entreprise dans le domaine financier et administratif. Je suis d’un caractère autonome et organisé, je m’adapte bien et suis plutôt curieux et réactif : cela facilite l’assimilation rapide de la culture d’une entreprise, indispensable à ce mode de travail.
J’aime vraiment ce challenge, fait d’exigence et de variété !

Comment percevez-vous l’évolution de ce mode de travail en France ? 

Il faut savoir que le Temps partagé est un mode de travail encore peu développé en France, comparé à des pays comme l’Allemagne ou les Pays-Bas. Néanmoins, il semble que la mentalité aussi bien des cadres que des dirigeants d’entreprise évolue sur le sujet.

En ce qui concerne mon secteur, je pense que les PME ont un vrai besoin de DAF à Temps partagé. En temps de crise, il faut innover et trouver d’autres fonctionnements, à la fois moins coûteux, performants et sans risque. J’ai la conviction que la conjoncture doit être porteuse pour la profession

Laisser un commentaire

Required fields are marked *.